Avant de devenir formateur indépendant ou formatrice indépendante, il est nécessaire de choisir un statut juridique pour pouvoir facturer vos clients. Il s’agira, notamment de :

  • Créer une Entreprise individuelle, aussi appellée “Profession Libérale” ou “Travailleur Non Salarié”.
    Rappel : les auto/micro-entrepreneurs sont des Entreprises Individuelles avec un régime fiscal et social “allégés”.
  • Créer une société dont vous serez gérant ou salarié, seul ou avec des associés : EURL, SASU, SARL, SAS, Scop, etc.
  • Faire appel à une société de portage salarial
  • Travailler comme formateur (occasionnel) salarié pour un ou plusieurs organismes de formation (OF)

Plusieurs critères rentrent en ligne de compte et sont propres à chacun et chacune.

Entre l’entreprise individuelle et la société, l’infographie suivante vous aide à y voir plus clair :

infographie_statut_juridique_bpifrancecreation_28.01.19

Pour exercer une activité de formateur-consultant, vous avez donc le choix entre différents statuts.

Vous pouvez aussi cumuler plusieurs statuts (sous réserves réglementaires) : auto-entrepreneur (entreprise individuelle) et formateur occasionnel ; gérant et en portage salarial, etc.

Si vous souhaitez travailler en tant que formateur sous-traitant pour d’autres organismes de formation, il vous faudra également avoir un ou plusieurs statuts juridiques, parmi ceux cités précédemment.

Source : https://www.afecreation.fr/
Image : D.R.

Menu